Rechercher
  • Urubu

Je ne sable pas mes cuillères

Je crois que je ne vous apprends plus rien en vous disant que mes cuillères ne sont sculptées qu'à la hache et au couteau. Cette méthode ancienne de sculpture suédoise me permet de m'évader tout en créant des objets utiles du quotidien. Lorsqu'on sculpte le bois à l'aide d'outils manuels, on laisse inévitablement une surface plus ou moins polygonale qu'on atténue généralement avec un bon sablage. Nous ne sommes plus habitués de voir un objet de bois avec une surface sculptée affirmée.


Pour ma part, j’ai choisi de ne pas sabler mes créations, mais plutôt de parfaire ma technique de sculpture. De ce fait, mes cuillères me paraissent plus vivantes.




Une fois mes cuillères sculptées, je pourrais les sabler et éliminer toutes ces facettes pour leur procurer une forme sans arêtes, comme tous les ustensiles qu'on retrouve sur le marché, mais cela ferait disparaître du même coup leur caractère particulier et tout l'aspect du cheminement qu'elles reflètent. Les facettes qu'on retrouve sur mes ustensiles racontent une histoire. Elles sont les traces des centaines de coups de lames exécutés sur un billot de bois brut pour en arriver à cet objet si pratique.


Un autre avantage, plus technique cette fois-ci, est que la lame tranche la fibre du bois. Le sablage, lui, la déchire. Une fibre de bois déchirée au sablage réagira beaucoup plus à l’eau qu’une fibre tranchée. La fibre déchirée se relèvera au contact de l’eau, ce qui laissera un aspect rugueux au bois. On peut par la suite le reponcer finement et après plusieurs séances de mouillage-ponçage, on en arrive généralement à un résultat acceptable. (Avis personnel: un procédé long et ennuyeux!) Pour ce qui est de la fibre tranchée, malgré les facettes laissées par le couteau, cela laisse la surface du bois aussi lisse qu’un sablage très très fin. De plus, la fibre ne se relèvera pas au mouillage. Toutefois, cette façon de faire demande à l’artisan de savoir extrêmement bien affûter ses lames et d’avoir une technique soignée sans quoi il risquera d’arracher la fibre à certains moments et ne parviendra pas à un résultat concluant.


deux ustensiles après un nettoyage à l'eau

(À gauche: sablé / À droite: finition au couteau)



Au final, une bonne cuillère en bois peut être sablée, ou pas. Cela dépend des préférences et de la manière de faire de l’artisan, mais aussi des préférences de la personne qui se la procure. J’ai choisi de ne pas sabler mes cuillères, de leur laisser plutôt une finition au couteau, pour qu’elles puissent bien refléter ce qu'elles sont vraiment: des sculptures utilitaires faites à partir d’un bout d’arbre et à l’aide d’une hache et de deux couteaux, selon une ancienne méthode scandinave. J’ai aussi pris cette voie car j’aime pouvoir créer tout en dépendant du moins de ressources matérielles possible. C’est ma façon de rendre hommage à la nature.



© 2020 par URUBU 

St-Liguori, Québec, Canada

  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube